Vidéo – Stunt, trash & VHS

« Quand on me sert une GSX-R 1000 sauce wheeling, sur son lit de Disturbed, ça me rend dingue »

[Vidéos en fin d’article]

Si il y a bien quelque chose qui reflète ma culture « bécane », c’est ça. Tous les trucs que je vous ai mis en fin d’article, là ! C’est à dire tout ce qu’il y a à l’intérieur d’une K7 VHS de stunt datant du début des années 2000. Des vidéos amateur, filmées au caméscope Hi8, avec du Disturbed en bande son, des meules mythiques de fin 90 / début 2000, des mecs assis sur le réservoir de leurs motos, tout en étant en wheeling au milieu des bagnoles en pleine ville, le tout en T-shirt, évidemment.

Aujourd’hui il suffit d’aller sur YouTube et de taper dans la barre de recherche « motorcycle stunt » pour tomber sur des milliards de vidéos de motard(e)s qui tapent des tricks de ouf et/ou qui se mettent au tas. Trop bien. Fastoche . Merci YouTube. Mais en 2001, j’ai 16 ans, je roule en 125 (Yamaha SR, puis Aprilia AF1, et à nouveau sur une Yamaha SR parce qu’une AF1, c’est vraiment pas fiable), avec mon pote Eric on fait un peu les cons avec nos machines (on était chauds), et c’est surtout l’époque de KaZaa ! Pour les plus jeunes d’entre vous, KaZaa était un logiciel de partage (illégal, hein…) de fichiers. Et de temps en temps, quand un pote avait le forfait AOL 50h/mois et un graveur, il téléchargeait des vidéos de stunt trouvées au hasard sur KaZaa, qu’il gravait ensuite sur CDrom, et on se faisait tourner les vidéos. Voilà comment on consommait la culture « moto » à l’époque. Pas simple. Puis un jour j’ai eu ma première carte bancaire. Il ne m’a pas fallu longtemps pour me jeter sur les sites web revendeurs de VHS de sport extrêmes ( x-tremevideo.com pour ne pas les citer) et aller y acheter mes premières K7 officielles de Judgment Day. Et alors là… s’ouvrait à nous un autre monde ! On accédait enfin à ce dont on avait toujours eu en tête : nos meules préférées + du metal + des wheelies et des stoppies à ne plus savoir quoi en faire ! Tout ça dans une K7 VHS qu’on allait pouvoir regarder en boucle, et à l’infini. Vous vous en doutez : c’est ce qu’on a fait. Autant vous dire que je les ai poncé les WhackPak, Las Vegas Extremes, et autres Judgment Day.

Ce fût facile de tomber dedans, de devenir accro, et que ces vidéos deviennent ma source d’alimentation principale. Tout d’abord, sur ces K7 il y a presque toutes les motos dont je suis fan jusqu’à la mort :

  • SUZUKI GSX-R 1000 2001
  • KAWASAKI ZX7R 1996-2002
  • YAMAHA R1 1998-2002
  • HONDA 900 CBR 1994-1997
  • et autres SRAD

Je rêvais en voyant ces meules passer dans la rue, et d’un coup, je les avais toutes chez moi ! Dans un magnétoscope, certes… Mais quand même ! Puis les bandes son. A ce moment là, c’est ma période Rock/Metal. Donc quand on me sert une « GSX-R 1000 sauce wheeling, sur son lit de Disturbed », ça me rend dingue. Et enfin, je m’identifie facilement : des copains qui se réunissent sur une route toute pourrave, un dimanche d’automne, pour faire des wheelies, et se filmer avec un vieux caméscope… c’est tout moi ! Ces gars là et moi, on vit presque la même chose ! A quelques cm3 près.

L’autre truc qui me fait triper dans les vidéos de cette époque, c’est le côté « street/sauvage ». Je ne peux pas m’empêcher de penser que – d’une certaine manière – la moto fait partie de la « street culture », au même titre que le rap, le graph, ou le street wear . Alors ouais, certes, c’est trash, c’est très vulgos, ultra macho (souvent gênant), mais au delà de tout ça, il reste quelque chose d’assez sincère je pense : la moto c’est rock’n roll, c’est fun, et voilà. Et personnellement, ça me suffit. Surtout aujourd’hui, où le stunt est bien souvent très encadré.

udgment Day 1 : Can There Be Only One ?
Las Vegas Extremes 3 : Urban Assault
WhackPak – Extreme Days