L’Inde du nord en Royal Enfield

L’Inde du nord en Royal Enfield

Le Ladakh : Une promenade en tank dans l’Himalaya

1. Louer une Royal Enfield
2. Ca dit quoi une Royal Enfield Bullet 350 ?
3. Into the wild
4. Recommandations
5. La carte

 

 

 

On était sur place sans trop savoir quoi faire, alors quand l’occasion de louer une Royal Enfield s’est présentée, autant vous dire que la question ne s’est pas posée.

Après plusieurs jours de voyage, me voilà arrivée à Leh. En plein coeur du Ladakh. Toutes ces montagnes qui entourent la ville me donnent qu’une seule envie : aller voir ce qui se passe derrière. Pour ça, j’ai le choix : prendre les “transports en commun”… bof. Dans l’absolu c’est drôle et immersif mais j’ai envie d’être indépendant. Sinon je peux partager un 4x4 avec d’autres touristes. Pourquoi pas mais bon. Enfin, le mieux serait de louer une moto. Là ça me parle ! Etre dehors, sur une moto, en voyageant à mon rythme… Je suis client !

Louer une Royal Enfield

Comment ça se passe pour louer une moto en Inde et plus particulièrement à Leh, au Ladakh ? En fait rien de bien compliqué. Il suffit d’aller voir n’importe quel loueur de Royal Enfield (on en compte des dizaines et des dizaines autour de Main Bazar) et demander le prix. Une fois que vous aurez vu plusieurs loueurs, vous aurez une bonne idée du prix moyen de la location (non négocié). Auparavant, j’ai rencontré un couple de français qui roulent sur une Royal Enfield Bullet 500 louée au prix de 800 Rps / jours, soit 11 € / jour (prix négocié pour 15 jours de location). Du coup ça me donne une idée de ce à quoi m’attendre en terme de budget.

Il suffit ensuite de choisir un loueur (un peu hasard) et de négocier le prix. J’ai de la chance, je suis en fin de saison et les prix vont vite tomber. Je louche sur une petite Royal Enfield Bullet 350. Le prix de base annoncé par le loueur est de 1.500 Rps / jour. Soit 20 € pour une journée. Il ne va pas m’la faire à l’envers… je suis son seul client potentiel pour les derniers jours de la saison. La négociation va aller vite et au final on se mettra d’accord sur un prix de 700 Rps / jour. Soit 9,5 € / jour, kilométrage illimité. Affaire conclue !

royal-enfield-bullet-350

On est en Inde et autant dire que les formalités relatives à la location de la moto sont assez simples. Personne ne me demande mon permis… Je lui donne une photocopie à peine lisible de mon passeport, une avance de 700 Rps et c’est tout.

Il me file un casque au hasard et fait le niveau d’huile de la moto avec de l’huile de vidange (!!!).

"T’es sûr que c’est bon de remettre de l’huile usée ?"

“T’inquiète c’est une Royal Enfield”

Ok. Je ne vais pas t’apprendre ton métier, hein.

Ca dit quoi une Royal Enfield Bullet 350 ?

Bah ça dit pas grand chose, hein… Ca avance pépère. On peine à atteindre les 100 km/h. Mais ceci dit, c’est une vitesse à laquelle on ne roule jamais. Les routes sont bien trop défoncées ou sinueuses pour rouler aussi vite. En général, on cruise tranquillement entre 70 et 80 km/h. Et ça tombe bien, c’est la vitesse de croisière de la Bullet.

Coté châssis, c’est un saucisson. Il y a du jeu partout… En même temps, j’ai entre les mains une moto de loc’ qui a du prendre plus d’une gamelle. Alors dans le fond, on ne peut pas vraiment lui en vouloir.

Et je vais être franc. Celui qui vient ici et qui cherche à “poser le genoux” avec une Royal Enfield se met le doigt dans l’oeil (voire même le genou, tiens !). Car le vrai plaisir en Inde, c’est de louer une Royal Enfield pour voyager tranquillement et se balader “les cheveux au vent”. La “Royal” est parfaite pour profiter du paysage. Et en plus c’est un tank qui passe partout et qui marche dans toutes les conditions.

On accroche son sac à dos avec trois bouts de ficelle sur la selle passager, on fixe 1 ou 2 bidons d’essence sur les côtés de la meule histoire de ne pas tomber en rade au milieu de nulle part et en avant la musique !

Nubra Valley

Nubra Valley

Into the wild

La petite Bullet 350 est une vraie “passe partout”. Route, chemin, poussière, neige… rien ne l’arrête. La prise en main se fera sur un trajet assez soft. Un aller-retour de Leh à Lamayuru, par beau temps et sur une route dont le revêtement était particulièrement bien. 220 km au total, avalés en un peu plus de 4h (2h aller, 2h retour, avec des pauses). Le tout au milieu de paysages somptueux. On se croirait presque aux Etats-Unis par moment.

Leh - Lamayuru

Leh - Lamayuru

Leh - Lamayuru

Leh - Lamayuru

Mais le vrai challenge reste le fameux col de Kardung La. 5.600m d’altitude. La route carrossable la plus haute du monde ! Cet itinéraire part de Leh, monte à Kardung La puis redescend de l’autre coté en plein cœur de la Nubra Valley.

Le jour du départ, le ciel se couvre. Mais alors franchement ! C’est pas grave, j’ai connu pire. Me voilà parti au guidon de la petite Bullet en direction des nuages noirs. En chemin je croise d’autres motards et on décide de rouler ensemble car les conditions ne nous rassurent pas. Ca sera mieux de rouler à plusieurs en cas de pépin.

Plus on monte, plus il fait froid. Et soudain, la neige fait son apparition sur une route qui n’en est plus une. Mais plutôt un chemin de boue recouvert de neige. Ca glisse, ça raquette, ça patine. On voit même des motards faire demi tour pendant l’ascension du col de Kardung La. Rien de bien rassurant.

Et plus on prend de l'altitude, moins il y a d'oxygène. Le moteur commence donc à avoir des "trous" vers 4.000m. Ca broute mais ça avance tranquillement. Puis au bout de 3 bonnes heures dans le froid et la neige, nous voilà enfin arrivé en haut, à 5.600m ! Quand je vous disais que c'est un tank cette bécane ;)

Derrière le col, la Nubra Valley est complètement bouchée par les nuages. Et la route est défoncée. Donc à défaut de rouler à l’aveugle à une si haute altitude et de potentiellement de prendre des risques pour rien, nous décidons de redescendre à Leh. On retentera de passer le col de Kardung La demain si il fait beau.

Le lendemain, c’est la bonne. On emprunte la “route” qui nous monte au col de Kardung La et on redescend de l’autre coté. Accéder à la Nubra Valley reste assez physique. Autant pour le bonhomme que pour la moto. La route du col est littéralement défoncée et il faut monter à 5.600m. Eprouvant. Mais une fois passé le col, vous plongez dans la Nubra Valley dont le décor est fabuleux. Coté “route”, vous aurez de tout. Du chemin de boue, de la neige, du sable mais aussi un bel enrobé d’asphalte par moment. Mais ce que vous aurez surtout, c’est un paysage qui dépasse toute attente !

Pour rouler à moto au Ladakh, on recommande :

  • Itinéraire facile : Leh – Lamayuru. 120 km environ. Aller-retour possible dans la journée. Route très bien entretenue sauf les 20 derniers km avant d’arriver à Lamayuru. Paysages superbes et possibilité de faire des petits crochets pour visiter des monastères. Dans le cadre d’une étape à Lamayuru, on recommande l’hôtel Moonland.
  • Itinéraire bouddhiste : Leh – Hemis. 50 km environ. Aller-retour dans la journée. A faire pour visiter des monastères bouddhistes. Route en très bon état et paysages sympas.
  • Itinéraire aventure : Nubra Valley. 2-3 jours. En partant de Leh, montez jusqu’au col de Kardung La (5.600m alt.) et redescendez de l’autre coté en direction de Diskit (idéal pour faire une étape). Ensuite laissez vous portez par le paysage ;)
  • Louer une moto à Leh : ne cherchez pas, ici on roule en Royal Enfield. C’est ce qui se fait de mieux. Baladez vous dans Main Bazar et allez voir plusieurs loueurs. Entendez vous sur un prix avant la location (haute saison mai – oct. 1.500 Rps / jour pour une Bullet 350, difficilement négociable ; basse saison nov. – mars environ 700 Rps / jour pour une Bullet 350)
  • Essence : il y a peu de station essence au Ladakh et certaines ne sont pas toujours approvisionnées. Prévoyez toujours un petit bidon de 5L au cas où, histoire de rouler l'esprit tranquille.
  • Info route : DevilOnWheels.com - un très bon site d’informations sur les routes du Ladakh, qui donne aussi certaines indications sur l’état des routes et les fermetures éventuelles des cols de montagne.
  • Formalités administratives : Prenez votre permis international, on ne sait jamais. On me l’a demandé une fois. Ne laissez JAMAIS vos papiers originaux (passeport, permis, CIN etc) en guise de “caution” aux loueurs. laissez uniquement des photocopies si on vous demande.
  • Port du casque : il semblerait que ce soit “obligatoire” mais on voit très peu de personne le porter. C’est vous qui voyez. Mais dans un souci de sécurité, on vous recommande vivement de porter un casque vu l’anarchie sur les routes.
  • En cas de panne : en principe les indiens ne vous laisseront pas en plan. Surtout si vous vous trouvez dans une zone isolée. N’hésitez pas à arrêter les voitures pour demander à ce qu’on vous prête un téléphone. Le Ladakh étant sous protection militaire, il est possible de demander aux militaires que vous croiserez de vous aider en cas de problème. Enfin, partez avec le numéro de téléphone de votre loueur. En général, si vous ne vous trouvez pas trop loin, il viendra vous chercher/dépanner (demandez lui par téléphone le prix du déplacement avant de le faire venir, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise).

La carte

Vous avez fait le Ladaks à moto ? Donnez lui une note.

Partager cet article :
  1. Salut
    Est ce que tu sais si il y’a des moto cross ou des enduro a louer en Inde ? Si oui à combien ? Merci et tes vidéos sont top !!

    • Tonton Bécane

      Salut Becbec,
      Je dirais que 80% des meules à louer au Ladakh (et même en Inde au sens large) sont des Royal Enfield. Mais je suis certain que ça doit se trouver en location une petite enduro. Je pense que pour un trip en enduro, il vaut mieux se renseigner avant de partir, car sinon, tu prends trop le risque de devoir louer une sous marque.

      N’hésite pas à envoyer des mails,même aux petits loueurs.

      TTB

    • il est mais alors TOTALEMENT impossible de trouver en location une 250CR en inde !

  2. Salut Tonton Bécane,
    combien d’essence pour faire Leh – Khardung La , avec la Bullet 350 ?
    Je prévois ça en Juillet 2017 .
    Merci

    • Tonton Bécane

      Avec 1 plein, tu as largement de quoi monter et redescendre du col. Mais un petit bidon supplémentaire, ça ne mange pas de pain ;)

Comments are closed.