Film – Il Etait une Fois le Continental Circus

Film – Il Etait une Fois le Continental Circus

C'était mieux avant ?

Vous vous souvenez de l'époque où on pouvait vivre les Grands Prix Moto au plus proche ? Où les paddocks et les pilotes semblaient plus accessibles ? Où les pilotes participaient à plusieurs catégories avec une seule moto, en changeant eux-même le moteur après chaque course ? Où le système D était la meilleure solution ? Où même les compétitions semblaient plus ouvertes aux amateurs. A condition d'avoir un peu de moyen... Et même là j'ai envie de croire que ce n'était pas si inaccessible. La moto n'est pas un sport de riche pratiqué par les pauvres après tout ? ;)

Bernard Fau en train de démonter sa moto

Bernard Fau en train de démonter sa moto

Enfin bref. Moi je ne m'en souviens pas de cette époque. Tout simplement car je n'étais pas né. Mais d'autres s'en souviennent !

Et c'est au travers du film Le Cheval de Fer que j'ai vécu cette période et cette ambiance. Un documentaire de Pierre-William Glenn sorti en 1975, sur les pilotes du Championnat du Monde de Vitesse Moto - le Continental Circus -  et leurs vies tout au long de la saison qui les amène sur les 12 circuits du championnat. Un document rare...

On peut voir Barry Sheene, Michel Rougerie, Giacomo Agostini, Patrick Pons ou encore Bernard Fau se tirer la bourre sur des vieux machins... qui - soit dit en passant - avoinaient !

Bernard Fau en 1978 lors des 200 Miles du Paul Ricard

Bernard Fau en 1978 lors des 200 Miles du Paul Ricard

Au milieu de ce vacarme, il y avait Bernard Fau, pilote à ce moment là. Lui, l'époque du Continental, il l'a vécu de l'intérieur, en tant que pilote. Et aujourd'hui il nous raconte ça avec son projet de film Il Etait une Fois le Continental. Comme une une suite au Cheval de Fer :)

Il a rassemblé des images actuelles du championnat ICGP (International Classic Grand Prix), des images d'archives et interviewé ceux qui ont fait cette époque. Le film est encore en cours de finalisation et Bernard Fau fait appel aux dons pour boucler ce projet. Mais en attendant la version finale du film, voici un extrait de 12 minutes. Ca donne envie.

Partager cet article :