Essai – Tomtom Rider 400

Essai – Tomtom Rider 400

Des virages "en veux-tu, en voilà".

En moto, difficile d'envisager trop d'assistance électronique. Déjà par manque de place sur le véhicule, mais surtout par la définition même de la moto qui est un engin avec lequel on affronte seul les éléments. On n’a besoin de rien. On se repère avec le soleil et les étoiles, on se dirige grâce à l'odorat, on prend nos décisions en fonction de la température ainsi que de l'humidité ressentie. Et on roule. Quoi de plus chouette que d'aller se perdre sur les petites routes pour découvrir une région. Alors, mettre un GPS sur une moto, disons que ce n'est pas trop le style de la maison.

Maiiiiiis...

On a testé le Tomtom Rider 400. Et on doit avouer que maintenant c'est difficile de s'en passer. Avant, on préparait minutieusement son parcours sur une bonne vieille carte routière et de temps en temps avec Google Maps. On tentait de choisir le meilleur itinéraire possible, sans trop de ligne droite, avec les passages les plus sinueux possible. On notait sur une feuille le nom des routes et les directions à prendre. Et une fois en route évidemment, rien ne se passait comme prévu. La réalité n'a rien à voir avec la théorie. Les directions ne sont qu'à moitié indiquées, les noms des routes n'ont plus rien à voir avec le road book et arrivé au carrefour de "Moisy-les-Pourraves" on ne sait plus où aller.

Le GPS Tomtom Rider 400 se charge de tout préparer pour vous, ainsi que de tout garder en mémoire. Le tout, en sélectionnant un maximum de virages.

Il facilite grandement la tâche de la préparation du parcours et en route, il évite les mauvaises surprises. Allez c'est ti-par mon canard ! Je programme le GPS pour sortir de la ville par le trajet le plus court en temps. Le but est de s'échapper d'ici le plus vite possible sans se prendre la tête. Mais une fois en dehors des agglomérations, nous ce qu'on veut, c'est des virages ! Et on ne va pas être déçu.

Un GPS dédié aux motards

Au-delà de proposer les fonctions de base d'un GPS (simple itinéraire d'un point A à un point B), sa grande force est de proposer des routes à virages avec l'option "Parcours à sensations". En effet, sur un itinéraire, il est possible de sélectionner 3 degrés de sinuosité (grandes courbes, moyennes courbes, courbes serrées) et 3 degrés de dénivelé.

Du gros virage

Le degré de sinuosité le plus "faible"(grandes courbes) sera à privilégier pour les sportives ou les motos un peu lourdes qui souhaitent tracer en enroulant de belles grandes courbes (nationales à virages et belles départementales). Le revêtement sera donc principalement de bonne qualité et le trajet sera composé majoritairement de grandes courbes.

Le degré intermédiaire (moyennes courbes) proposera un mix entre des routes à grands virages et des routes plus sinueuses.

Enfin, quant au degré maximum de sinuosité (courbes serrées), il aura tendance à nous faire passer par les petites départementales et les routes communales ultras sinueuses. Il faudra donc s'attendre à un revêtement parfois mauvais et traverser beaucoup de villages.

Mais peu importe le degré de sinuosité choisi, il n'y a pratiquement que des bonnes surprises et on prend un plaisir fou à balancer sa moto d'une courbe à l'autre sur des routes qu'on n'aurait pas forcément empruntées habituellement.

3 types de virages et 3 types de dénivelés pour créer ses balades ou ses trajets.

3 types de virages et 3 types de dénivelés pour créer ses balades ou ses trajets.

En mode balade

Tout en sélectionnant l'option "Parcours à sensations", il est possible de se programmer un itinéraire d'un point A à un point B avec beaucoup de virages bien serrés et du dénivelé. Du coup les trajets prennent une autre dimension. Finis les nationales décevantes.

Mais l'autre aspect très chouette de cette option, c'est qu'elle propose une fonction "Balade". En gros, le GPS va tracer une boucle. Il suffit de lui indiquer les points de passage que l'on souhaite prendre (1 au minimum), le degré de sinuosité et de dénivelé voulu et le GPS va tracer une boucle de balade avec les paramètres désirés. Cela permet de se claquer une belle balade et on évite de revenir à son point de départ par le même chemin.

Avec ces 2 approches sinueuses (itinéraire A > B et boucle balade), on peut donc facilement envisager de partir avec ses potes à moto sur plusieurs jours en utilisant le GPS pour se rendre à destination en mixant voies rapides et grandes courbes et pour se faire des balades géantes gavées de virages une fois sur place.

Cependant attention ! Si vous vous trouvez dans une région à chi** ou du moins plate et quadrillée de lignes droites tracées à la règle, n'allez pas imaginer que le GPS va vous inventer des virages là où il n'y en a pas ;)

Avec, au minimum, 1 point sur la carte, le GPS va tracer une boucle pour une balade.

Avec, au minimum, 1 point sur la carte, le GPS va tracer une boucle pour une balade.

Avec nos gros doigts et nos gants

Pas facile de manipuler quelque chose à moto avec nos gants. Pourtant l'écran tactile en verre fonctionne avec des gants ! Oui monsieur ! Plus besoin d'enlever ses gants pour bidouiller dans le menu. Et pour avoir fait un trajet de plus de 1 400 km avec le Tomtom Rider, je dois reconnaître que le fait de pouvoir bidouiller le GPS avec ses gants est un très gros avantage particulièrement confortable.

Ecran tactile en verre

Gestion de l'autonomie de carburant

Là où on peut encore une fois constater que ce GPS est conçu pour les motards, c'est qu'il prend en compte le fait qu'une moto à moins d'autonomie en carburant. À droite de la carte, le GPS va afficher la barre de parcours qui indique les prochaines stations essence qu'on va rencontrer sur l'itinéraire. Et ce qui est chouette c'est qu'il donne le nombre de kilomètres restant avant la prochaine station, mais ce qui est vraiment cool, c'est de pouvoir "cliquer" sur l'icône de la station afin de connaître la marque de celle-ci et donc de se faire une idée du prix. On peut donc gérer son autonomie en choisissant la station qui nous convient le mieux en fonction de sa distance et du prix.

Les stations services situées sur le trajet s'affichent à droite de l'écran avec le nombre de km avant la prochaine station.

Les stations services situées sur le trajet s'affichent à droite de l'écran avec le nombre de km avant la prochaine station.

Ses points faibles

Qui n'en sont pas vraiment en fait... mais qui seraient plutôt des "améliorations" à apporter.

Lorsque l'on a pris soin de programmer un parcours à sensation avec minutie et du bon gros virage et une fois en route, on regrette de ne pas pouvoir modifier à la volée le degré de sinuosité et de dénivelé en fonction de nos envies. En effet, si vous souhaitez augmenter ou baisser le niveau des virages ou de dénivelé en cours de route, il vous faut reprogrammer votre parcours.

On aurait également souhaité une section dédiée aux "parcours à sensations" dans le manuel. En effet, cette option qui est pourtant la force du GPS n’apparaît pas dans le manuel. Même si la prise en main de cette fonction n'est pas bien compliquée, des précisions auraient été les bienvenues.

On regrette également l'absence d'une vraie jauge de batterie présente en permanence sur l'écran. Il faut en effet retourner dans le menu du GPS pour voir une toute petite icône de batterie qui se vide au fur et à mesure et qui manque de précision à la lecture.

Enfin, le mode portrait/paysage ne répond pas forcément très bien en fonction de l'inclinaison de la moto et du support GPS. Il m'est arrivé à plusieurs reprises que le mode portrait reste bloqué en roulant alors que le GPS était tourné en mode paysage.

Pour conclure

On sait tous se rendre quelque part avec un GPS, une carte ou rien du tout. Et si c'est simplement ça que vous cherchez chez un GPS, n'importe lequel fera l'affaire.

Mais on vous recommande chaudement ce GPS pour la simple et bonne raison qu'il propose des routes à virages. Cette fonction est vraiment chouette et permet de partir entre potes les yeux "fermés". On lance le mode "Parcours à sensation" et c'est parti pour des heures de virages. On sait que le GPS va nous calculer un trajet avec le plus de virages possible qu'il puisse trouver. Bref, un super accessoire qui devrait aider à user la bande de peur ;)

Partager cet article :
  1. Guillaume Barbereau 15 janvier 2017, 12 h 28 min

    Une tuerie ce pti gadget!!!

  2. salut tonton ! ce GPS me botte pas mal…
    est ce que l’installation de l’alimentation électrique du GPS est « compliquée » ? est ce qu’il y a au moins une notice de montage pour l’alimentation ou quelque chose d’assez clair pour néophyte ?
    est ce qu’une prise USB suffit ? j’en ai 2 sur ma Caponord.

    Content de te suivre :)
    a+

    • Tonton Bécane

      Non, rien de compliqué. Le câble de chargement de relie directement sur la batterie. C’est expliqué dans la notice. Malheureusement, le cable de chargement n’est pas USB, pas le choix, il faut le brancher sur la batterie de la moto.

Comments are closed.