Essai – Suzuki GSX-R 1000 (2001)

Essai – Suzuki GSX-R 1000 (2001)

169 kg, 160 ch. Une arme absolue à l'époque, loin d'être à la ramasse aujourd'hui. Un emblème de la moto.

Lors de sa sortie en 2001, la presse décrit la Suzuki GSX-R 1000 comme étant l’arme absolue. 15 ans plus tard, ce modèle précis est encore loin d’être à la ramasse et demeure un emblème dans le monde de la moto. La Suzuki GSX-R 1000 aura marqué son époque en 2001 par sa ligne, son look, son poids, sa puissance et ses performances.

Et puis cette gueule. Son look mythique. Ses couleurs, sa tête de "shark", son volume. Encore aujourd'hui, elle reste reconnaissable parmi toutes les autres motos du marché. C'est LA Suzuki GSX-R 1000.

Son moteur

"Trop" de puissance. Malgré ses "petits" 160 ch (alors que les sportives actuelles avoisinent les 200 ch) et son couple de 11 mkg, cela reste trop pour la simple et bonne raison que la Suzuki GSX-R 1000 de 2001 ne dispose d'aucune assistance électronique. Pas d'ABS, pas de traction control, pas d'anti dribble… rien. Juste vous et la machine. Le dosage du quatre cylindres ne se fait que grâce à votre mental. Vous pouvez cependant disposer de la meilleure centrale électronique du monde : votre cerveau. Encore faut-il le brancher en roulant.

169 kg à sec, 160 ch au pignon. Ça vous parle ? En d’autres termes, nous sommes quasiment sur un rapport poids/puissance de 1/1. Bon évidemment, j’embellis un peu les chiffres. Dans la réalité, nous sommes sur 198 kg en ordre de marche (avec tous les pleins faits) et 143 ch à la roue arrière (il faut compter environ 12 % de perte entre le pignon de sortie de boite et la roue arrière). Sachez que même avec ces chiffres réels, on arrive à se mettre sur orbite.

Il n'y a pas de creux, même à bas régime. Sa courbe de puissance assez linéaire procure deux avantages : la puissance démoniaque est présente partout, tout le temps. Et cela rend le dosage en courbe plus facile.

Le son de la ligne complète Akrapovic racing est envoûtant. À bas régime, elle fait ses vocalises, car la GSX-R le sait bien, on ne résiste pas à ouvrir en grand pour l'entendre chanter à pleine charge.

Vitesse max

Un conseil : en 1ère, gardez votre poids sur l'avant à tout prix. N'oubliez pas : il n'y pas d'électronique, donc pas d'anti wheeling.

Le moteur monte dans les tours... Je passe la 2e à 133 km/h. Puis j’enchaîne, 3e, 4e, 5e, 6e… Toute la carcasse de la fusée tremble depuis qu'on a quitté le sol. Je ferme les yeux en espérant que ça va tenir le choc... Je finis quand même par en ouvrir un pour regarder le compteur qui indique 290 km/h. Le moteur continue de pousser malgré tout... Le ciel devient de plus en plus sombre. Je quitte la terre et me rapproche de la limite avec l'espace. Je jette à nouveau un coup d'oeil au tableau de bord et le compteur vient de se bloquer à 299 km/h… Le quatre cylindres du missile pousse toujours. Ça y est. On entre dans le vide de l'espace. Le vaisseau se met en orbite autour de la planète. Que c'est beau... La vitesse maximale est atteinte. Difficile de l'évaluer… Le compteur ne va pas au-delà de 299 km/h. Allez, il est temps… "Centre de contrôle, ici Tonton Bécane. Les réacteurs sont coupés. Paré à l'arrimage de la station pour remplissage des réservoirs. À vous".

Partie cycle

Sur piste, le cadre alu de la GSX-R procure une bonne sensation de stabilité en courbe. Sur route ouverte, il gomme assez bien les aspérités de la route tout en maintenant la moto sur sa trajectoire. Le compromis est donc très bon.

Quant aux suspensions, elles essayent également de trouver un juste milieu entre une efficacité à la fois sur piste et sur route. Sur piste, l'énorme fourche inversée Kayaba (à revêtement titane... juste sublime) fait le job. On place la moto assez bien en courbe et le retour d'informations est bon. Sur route, même si les suspensions fonctionnent en bonne et due forme, elles renvoient tout de même une sensation de rigidité, parfois désagréable sur une petite route bosselée.

Sur route, les étriers 6 pistons feront leur boulot au-delà de vos espérances. Mais malgré cela, même si le freinage reste ultra performant globalement, il se révèle assez faible sur piste. Après quelques tours à "taper dedans", les durites se dilatent et le frein avant devient vite mou et spongieux. Il faudra donc penser à remplacer le système d'origine par des durites avia' et pourquoi pas, de nouveaux étriers racing pour une utilisation intensive sur piste.

Polyvalence

 

En effet, on est assis sur une grosse sportive. L'énorme réservoir vous le rappelle. Tête penchée en avant, bien en appui sur les bras, les genoux en l'air, il n'y a pas de doute. Mais la Suzuki GSX-R 1000 de 2001 offre une position qui n'est pas si exigeante qu'elle ne paraît. De ce fait, l'utilisation au quotidien de cette moto devient envisageable (tout en restant relatif, hein).

Car on reste néanmoins sur une hypersport de 1.000 cc. Et en ville, cela signifie un rayon de braquage quasi nul, une position sur l'avant et un moteur dont il faut retenir les chevaux. Comme je le disais plus haut, il n'y a pas d'assistance électronique. Donc pas de cartographie dédiée à réduire la puissance. Pour une conduite plus en souplesse dans les agglomérations, n'hésitez pas à passer plus de rapports qu'il n'en faut afin de calmer la cavalerie.

On apprécie tout particulièrement l'espace de rangement sous le capot de selle (pouvant être remplacé par une horrible selle passager) qui offre assez de place pour y ranger un antivol et quelques autres babioles comme une combinaison de pluie bien tassée par exemple. Vous ne me croirez peut-être pas, mais j'ai fait un week-end complet de trois jours en Auvergne sans sac à dos, en utilisant simplement l'espace de rangement sous le capot de selle. Une paire de chaussures de ville, un t-shirt, une brosse à dents, un caleçon propre (sait-on jamais) et mon bloque disque alarme. Un vrai bonheur !

Enfin, même si la Suzuki GSX-R 1000 de 2001 n'est pas dédiée au voyage (les 150 premiers kilomètres auront raison de votre postérieur, croyez-moi sur parole), son large réservoir offre une belle contenance de 18 litres et en roulant tout en douceur sur l'autoroute avec une vitesse stable, j'ai pu pousser jusqu'à 240 km avant de tomber en réserve. Pas mal pour une sportive.

En conclusion

Difficile d'être objectif, car j'adore cette moto. C'est d'ailleurs ma moto préférée de tous les temps. Elle reste à mes yeux une "vraie" hypersport avec son moteur rageur de 1.000 cc et l'absence totale d'assistance électronique. C'est une sportive que vous seul devrez dompter. Elle a un sacré caractère avec ses qualités et ses défauts de l'époque (elle a tout de même 15 ans !). Son moteur est dingue, la puissance de l'engin reste excessivement impressionnante, mais ce n'est que sur piste que vous pourrez exploiter tout son potentiel. Sur route ouverte, les 160 ch de la bête ne vous permettront guère d'aller au-dessus du 3e rapport si vous souhaitez vous amuser avec. Le freinage reste quant à lui largement suffisant pour "faire les freins" à vos potes, mais malheureusement, il se révèle trop mou lors d'une utilisation intensive sur piste. Enfin, notons son look que j'adore, si particulier et qui participe largement au mythe GSX-R.

La Suzuki GSX-R 1000 de 2001, la number one de Tonton Bécane. Validé !

1459442000_thumb_up- TOUT !
- Ses défauts.
- Son look.
- Son moteur
- La puissance.
- La position.
- Sa polyvalence.
- Son comportement.
- Et tout le reste...
1459441959_thumb_down- Les freins sur piste.
Fiche technique Suzuki GSX-R 1000 (2001)
Moteur
Type4 Cylindres en ligne, 4 temps
Cylindrée988 cc
Puissance160 ch à 10000 tr/min
Couple11 mkg à 8400 tr/min
AlimentationInjection
RefroidissementLiquide
Boite6 vitesses
Transmissionchaîne
Partie cycle
Frein avant2 disques Ø 320 mm, étriers 6 pistons
Frein arrière1 disque Ø 220 mm, étrier 2 pistons
CadreDouble poutre alu
SuspensionFourche téléhydraulique inversée Ø 43 mm, déb : 120 mm
AmortisseurMonoamortisseur, déb : 130 mm
Réservoir18 litres
Poids à sec169 kg
Poids en ordre de marche198 kg
Hauteur de selle83 cm
Longueur204,5 cm
Largeur71,5 cm

Plus d'Essais sur TontonBecane.com

Vous avez roulez sur la Suzuki GSX-R 1000 de 2001 ? Donnez lui une note :

Partager cet article :
Tagged with
  1. Le poids des ans lui va très bien , c’est une superbe moto, ses couleurs lui vont super bien meme encore d’ailleurs, moto que j’aimerais vraiment essayer. Beau papier Tonton, au prochain.

Comments are closed.